Budget 2019 : responsabilité et équilibres

Agglomeration

Les élus de la Communauté d’agglomération ont approuvé le budget primitif. Ce faisant, ils ont validé le programme de travail de l’intercommunalité pour l’année.

Un budget responsable

À l’issue de la présentation de ce budget, le Président Alain Wacheux a souligné qu’il traduisait le respect de 5 engagements :

- ne pas augmenter les taux d’imposition

- achever le travail de fusion des intercommunalités, ce qui se traduit cette année par l’extension à l’ensemble des 100 communes du périmètre d’intervention des sapeurs-pompiers communautaires et de la collecte des déchets verts

- limiter la progression des dépenses de fonctionnement

- continuer à maîtriser l’endettement (pour mémoire, la capacité de désendettement est de 3,2 années, alors que le seuil d’alerte se situe à 12 ans)

- respecter un certain nombre d’équilibres.

Un budget soucieux d’équilibres

Évidemment, le budget est équilibré car les dépenses sont égales aux recettes, ce qui est obligatoire. Les dépenses y sont également équilibrées, entre reversements de fiscalité aux collectivités (62 millions d’euros), dépenses de fonctionnement liées aux services à la population (ex : déchets et assainissement : 48 millions d’euros), et dépenses destinées à préparer l’avenir (aménagement du territoire et développement économique : 12 millions d’euros sur le budget de fonctionnement, 35 millions sur le budget d’investissement).

Enfin, toutes les composantes du territoire de la Communauté d’agglomération y trouveront leur compte :

les villes-centres via le pôle gare de Béthune par exemple, l’écoquartier des Alouettes, la Cité des Électriciens, les inscriptions aux programme de renouvellement urbain ou « Action Coeur de Ville » ;

les pôles de centralité via les sommes inscrites pour les pôles gares, les modes doux du BHNS, les travaux dans les zones d’activités, les fonds de concours « politique de la ville », les aires d’accueil des gens du voyage, les aides à la rénovation du parc public de logement, ou le programme de rénovation des piscines communautaires ;

l’ensemble des communes, rurales et urbaines confondues, avec le schéma de déploiement de bornes de recharge pour véhicules électriques, les fonds de concours aux projets communaux, les fonds de concours à la transition énergétique et la politique de rénovation de l’habitat, la trame verte et bleue, les aménagements fluvestres, les rénovations et extensions des réseaux d’assainissement collectif et les rénovations de réseaux d’eau pluviales, ainsi que les sommes inscrites pour l’entretien des cours d’eau ou la lutte contre les inondations.


Les 4 points à retenir

1 Des taux d’imposition inchangés depuis 2017, une taxe d’enlèvement des ordures ménagères à 0

2 un faible niveau d’endettement

3 sur 182 millions d’euros de recettes, 62 millions reversés aux collectivités

4 66 millions d’euros d’investissement, avec l’aménagement du territoire et le développement économique comme premiers postes.


Les nouveautés 2019

Quelques nouveautés peuvent être signalées à l’issue de l’examen du budget.

Ainsi, le périmètre d’intervention des sapeurs-pompiers communautaires et celui de la collecte des déchets verts sont étendus aux 100 communes de l’Agglomération. L’usage de bacs de collecte spécifiques est d’ailleurs testé depuis le 1er avril autour d’Isbergues et Lillers, afin d’améliorer les conditions de travail des agents.

Côté travaux, signalons la poursuite du programme de rénovation des zones d’activités économiques, l’inscription de 3 millions d’euros pour la lutte contre les inondations, et autant pour la rénovation ou l’amélioration des réseaux d’eaux pluviales. Sont également prévus la fin des travaux de rénovation de la fourrière-refuge, divers chantiers dans les piscines, les travaux de protection de la chartreuse des Dames de Gosnay et une nouvelle déchetterie à Houdain.